Les derniers articles

Lettre ouverte à Monsieur le Ministre de la culture et à Monsieur le wali d’Oran

Actualités/Arts & Culture

 

Oran, le 30/12/2017

 La politique du bulldozer, dite de la «tabula rasa», qui a fait tant de dégâts à Oran, continue à être la seule politique qui est proposée pour le  Vieil Oran. On démolit sans discernements, sans études préalables, comme s’il s’agissait d’éradiquer un bidonville. En 1984, on rase complètement la Scaléra.

 

2003 sera l’année où on pénètre au cœur de la vieille ville, avec les démolitions des rues Montebello et Bassano.

2014 sera l’année de la destruction du quartier Welsford.

2015 sera l’année, enfin, de la promulgation du décret érigeant Sidi el Houari en «Secteur sauvegardé». On reconnait, après tant d’années de souffrance, à Sidi el Houari, un statut de centre historique à protéger. Enfin, on va restaurer et réhabiliter ses vieilles maisons et monuments, ses places et escaliers, ses mosquées et ses zaouïas, sa Casbah et ses murailles, ses venelles et chemins, ses fontaines et patios… avec, cette fois, l’implication des locataires et propriétaires, qui bénéficieraient d’une aide que déterminerait le PPSMVSS (plan permanent de sauvegarde et de mise en valeur du secteur sauvegardé).

2015 aura été l’année de tous les rêves. Les associations et groupes de citoyens se mobilisent, l’université offre des promotions de master en patrimoine, la presse jubile.

Cette ambiance aura été de courte durée, puisque les démolitions reprennent de plus belle, fin 2015, et avec plus d’ampleur en cette fin d’année 2017.

Et la boucle sera bouclée avec le «gel» du modeste budget consacré à l’étude du «PPSMVSS». S’il n’y a pas d’argent pour l’étude, cela signifie une situation intenable pour le site et la voie ouverte à la spéculation et à la destruction de la carte d’identité de notre ville, qui a résisté, tout au long de son histoire millénaire, aux envahisseurs, aux tremblements de terre, aux épidémies et à plusieurs guerres, mais qui ne résistera pas aux prédateurs du foncier.

Dans le souci de créer une dynamique d’espoir, nous proposons :

L’arrêt des démolitions et la composition d’une commission ouverte aux compétences pour statuer sur l’état des immeubles et assurer un gardiennage pour éviter le pillage des matériaux.

L’affectation ou la réaffectation d’autres chapitres d’un budget pour le lancement immédiat de l’étude du PPSMVSS,

– L’accompagnement des propriétaires qui veulent rester à Sidi el Houari (assistance, organisation et aide pour réhabiliter leurs immeubles).

– L’ouverture d’un chantier de fouilles archéologiques à la Casbah.

– Le renforcement en moyens humains du maitre d’ouvrage en charge du «secteur sauvegardé» qu’est la Direction de la culture, qui ne dispose actuellement d’aucun architecte ni urbaniste.

 

Nous demandons une implication spéciale du Ministère de la culture et de ses organismes (agence des secteurs sauvegardés, Direction de la protection légale du patrimoine, CNRPAH…), car, in fine,  la protection du patrimoine relève d’une fonction régalienne de l’Etat.

 

                                                                     Premiers  signataires :

  • Abdesslam   Abdelhak                          Militant associatif
  • Attou  Mustapha                                     Architecte
  • Belbachir  Amir                                       Urbaniste
  • Benmammar  Med Nourine                Journaliste
  • Bensalah  Djaafar                                  Journaliste
  • Bensetti Houaria                                    Retraitée 
  • Bessaï  Khoukha                                      Avocate
  • Boumeslout Mokhtar                            Architecte
  • Chekaklia Malik                                      Journaliste
  • El-Kebir  Akram                                       Journaliste
  • Hocine Djamel Eddine                          Avocat 
  • Metair Kouider                                        président association Bel Horizon
  • Medjadj  Mostefa                                    Propriétaire / Résident à Sidi el Houari
  • Miliani  Hadj                                            Enseignant – universitaire
  • Ourabah Massinissa                             Propriétaire / Résident à Sidi el Houari
  • Sahraoui Mekki                                      Fondateur du comité de quartier de Sidi El Houari
  • Slama  Samir                                           Journaliste / Paysagiste
  • Tahraoui Djilali                                     Enseignant / Architecte
  • Talbi Rachid                                            Artiste / Peintre
  • Ziad  Salah                                               Journaliste

*************************************************************************************************************

  • Benadjila  Sofiane                                Militant des Droits de l’Homme
  • Hocine  Hassina                                    Cadre des Assurances
  • Alioua  Houria                                       Journaliste / Sahara Algérien
  • Athmane Maazouz                                Député RCD
  • Anseur  Fayçal                                        Journaliste
  • Benabdelhamid  Amine                       Manager et Bédéiste 
  • Hassani  Ali                                             Consultant
  • Boufenik  Fatma                                     Enseignante – Chercheure 
  • Merazi  Lahouari                                   Fonctionnaire 
  • Elaidi  Abdelkrim                                   Enseignant / Universitaire
  • Hassan Bouridane                                Fondateur de l’association ARC
  • Kacem  Moussa                                       Enseignant / Universitaire
  • Metref  Zoheir                                         Professeur – universitaire
  • Noureddine  Abdelkader                    Enseignant / Chercheur  USTO
  • Lebbah  Seddik                                       Président d’association sportive
  • Baghdadi Djamel                                   Enseignant

Signez la pétition !

Sur Sidi el Houari plane la menace : Danger sur les racines historiques d’Oran

Actualités/Culture/Patrimoine

Après la vaste opération de relogement de 500 familles du quartier de Sidi el Houari, opérée à partir de jeudi passé (21 décembre), se manifeste une sombre menace sur le Vieil Oran.

Le visiteur sera surpris par l’ambiance de vacuité qui règne, depuis l’opération de relogement, sur une grande partie de la Vieille Cité. L’animation populaire qui caractérisait le site a disparu et les pittoresques ruelles, naguère grouillantes de vie, sont désertées ; rares sont les passants et encore plus rares les chats qui peuplaient le secteur.

Il faut dire que le jour même du relogement, les engins sont entrés en fonction. Alors que l’opération de délogement suivait son cours et après quelques destructions, une pelle sur chenille a arpenté les ruelles du quartier historique, s’offrant une balade sur la place de la Perle, avant de s’engouffrer dans le tunnel Boutin pour aller prendre un répit du côté de la Calère, abandonnant, dans son sillage, des constructions éventrées.

Ainsi en est-il de quelques anciens immeubles des rues Menerville et de la Vieille Casbah dont les murs extérieurs et des dalles ont subi les foudres de l’engin, laissant apparaître des portes intérieures ouvrant sur le vide.

Au rez-de-chaussée s’entassent les pierres de taille. Il en est de même de deux immeubles, en pierre de taille, d’une rue parallèle au boulevard Stalingrad. On aurait dit que même dans la démolition, on prend soin d’ajouter encore plus de hideur et d’insécurité à celles déjà apportées par les effondrements et les démolitions qui se sont produits dans ce quartier depuis des années.

Depuis des années, on se contente de démolir et des laisser les gravats sur place. En effet, depuis 2007 et le relogement des squatteurs de la Casbah, les gravats résultant de la démolition de l’habitat précaire qui s’y était construit s’amoncellent sur place, rendant les lieux infréquentables. Qu’attendent ceux qui sont en charge de la ville pour nettoyer les lieux et les rendre moins dangereux ? Qu’attendent les pouvoirs publics pour lancer des fouilles au sein de la Casbah ? Et dire que c’est le lieu de naissance de la ville !

Le promeneur peut également voir les caries que constituent, depuis 2010, les restes des démolitions du quartier de Bab el Hamra. Qu’attendent les autorités pour achever la démolition de ces ruines, enlever les gravats et rendre les lieux à la nature ?

On peut aussi constater, sur les murs de nombreuses constructions, l’inscription bleue de DPE, suivie d’une croix rouge, promesse de destruction imminente.

La désertification du quartier ne présage rien de bon pour le patrimoine bâti et les premières actions de vandalisme ont déjà commencé… Là où la pelle a sévi, des pirates s’affairent à récupérer tout ce qu’il y a à récupérer : des tôles, des fenêtres, des volets et les ustensiles oubliés par les familles délogées…

Qu’en est-il du secteur sauvegardé de Sidi el Houari ? Qu’en est-il du plan de sauvegarde qui n’est pas encore lancé ? Qu’en est-il de la responsabilité des autorités, dont la responsabilité est entièrement engagée en matière de sauvegarde du patrimoine ?

Par A. Abdelhak

Chakb Khellil l’amerloque se démarque d’Ouyahia le caméléon

Actualités

 

Chakib Khellil, engagé dans une précampagne ( ???), est revenu dans sa conférence donnée à la salle Wahran de l’hôtel Le Méridien sur son désaccord avec Ouyahia, le premier ministre, concernant le recours à l’impression des billets de banque. Pour lui, cette mesure ne peut qu’accentuer l’inflation qui sanctionnera en premier lieu les couches précarisées. Il se dit partisan de l’encouragement des investissements étrangers comme panacée pouvant permettre à l’Algérie de dépasser sa dépendance vis-à-vis des hydrocarbures.

Après avoir dressé «le cadre actuel» de l’économie nationale, marqué par le tarissement des recettes pétrolières et la chute des investissements, l’ex homme fort du régime de Bouteflika lors de ses deux premiers mandats, estime que l’encouragement des investissements étrangers est la seule issue qui reste à la portée du pays qui refuse l’endettement extérieur en dépit de ses difficultés actuelles et à venir. Par ce, Khellil a tenu à se démarquer avec l’actuel premier ministre, lui aussi figurant sur la liste des présidentiables.

Mais l’ex-ministre de l’énergie qui compte énormément sur sa page Facebook pour se placer en tant que « sauveur » du pays, préconise l’amélioration du climat des affaires pour encourager l’engagement des investisseurs étrangers.

Parmi les mesures qu’il juge nécessaires, il parlera de la levée de l’obligation faite aux investisseurs de passer par les banques nationales pour le financement de  leurs projets. Il évoquera le manque d’informations, un déficit à combler grâce à la digitalisation des services de l’Etat et des communes et wilayas.

Il estime qu’il est désormais impératif d’encourager l’enseignement de l’anglais, langue des affaires que parle aussi bien le chinois, l’hindou ou le turc. Il soulignera que l’absence d’une bourse est prise comme indicateur sur la qualité du climat des affaires en Algérie.

Avec l’actuel premier ministre, Chakib Khellil est en phase quant à la révision des subventions des produits et services de large consommation. Il est tout bonnement pour leur suppression et leur remplacement par des aides aux catégories sociales nécessiteuses à identifier au préalable.

Pour endiguer l’informel, il se dit partisan de l’émission de nouveaux billets de banque, ce qui permettra la bancarisation des masses d’argent circulant dans la sphère échappant à tout contrôle de l’Etat et du fisc notamment.

La proposition a été sur la table durant l’intermède de Tebboune et a été rejetée dès l’arrivée d’Ouyahia aux affaires sous la pression des mêmes milieux qui ont sabordé le projet de l’impôt sur la fortune. Khellil plaide pour une ouverture sur l’Afrique et de développer le sud du pays et qui deviendrait la rampe de lancement pour acquérir un marché d’un milliard de personnes.

L’hôte de la CCIO (Chambre de Commerce et Industrie de l’Oranie) organisatrice de la rencontre a laissé transparaître son américanisme désuet. A peine s’il se rappelle l’existence d’un secteur public en Algérie lui qui a dirigé la Sonatrach et la Sonelgaz, les premiers employeurs en Algérie. Sa préoccupation demeure les investisseurs et étrangers de surcroît.

Interrogé sur l’indépendance de la Justice, il ne relève que la dimension des ressources humaines dans ce secteur. Son discours évacue toute dimension sociale, anthropologique ou politique de la crise économique et financière que traverse le pays. Khellil est bien un pur laine de l’école américaine……qui n’hésite pas de recourir aux massacres des populations pour l’acquisition d’un marché.

  • Par Halim Seghir

 

Le 16 Mai, journée internationale du Vivre Ensemble: Cheikh Bentounes réussit son pari

Actualités/Vie associative

 

C’est officiel. Les Nations-Unies ont adopté la journée du 16 Mai de chaque année comme «Journée Internationale du Vivre Ensemble». Ce qui constitue l’aboutissement d’une bataille menée par Cheikh Bentounès, président de la zaouia Al Alaouiya. L’adoption de la JIVE par les Nations Unies a eu lieu hier, c’est-à-dire le 8 décembre courant. Et c’est Cheikh Bentounès qui a annoncé la nouvelle aux disciples de sa zaouia sur sa page Facebook.

La nouvelle a de quoi réjouir les membres de cette zaouia peinés il y a à peine deux semaines par l’attentat terroriste qui a visé une de leur mosquée dans le Sinai, en Egypte et qui s’est soldé par un carnage : 45O morts. Précisons que c’est au nom de l’Algérie que la proposition a été présentée aux Nations-Unies.

Selon le post du cheikh, déjà 174 états se sont engagés à instituer le 16 Mai comme journée du vivre ensemble. Rappelons que c’est à partir d’Oran, à la clôture d’un Congrès International pour femmes, qui a vu la participation de plus de 2000 congressistes dont la majorité était des femmes que le Cheikh Bentounes a annoncé son projet de lutter pour une journée du Vivre Ensemble.

Dans son message sur sa page Facebook, Cheikh n’a pas caché sa satisfaction. Lui qui a publié un communiqué plein d’amertume et de peine suite à l’attentat survenu dans une ville du Sinaï et où il a qualifié le forfait de coup en plein cœur.

Cependant, le Cheikh avertit les adeptes de sa zaouia de l’immensité de la tâche pour traduire cette victoire dans les faits. Surtout dans un monde enclin à verser dans les extrémismes et toutes les formes de l’exclusion.

Dans les semaines à venir on saura la feuille de route que Cheikh Bentounès tracera pour sa zaouia et l’association internationale AISA (Association Internationale Soufie) pour initier l’éducation du vivre ensemble. En tout cas, la réussite du Cheikh Bentounès est aussi la réussite de l’Algérie, longtemps perçue comme un vivier du fanatisme et de l’intégrisme religieux.

  • Par ZIAD Salah   

Allez en Haut