Les derniers articles

L’anonyme des marches de la Révolution du sourire.

Actualités

Peu importe son nom, son âge, son accoutrement….Elle est dans sa bulle, sommes nous tenté de dire. Arborant calmement sa pancarte, elle marche dans la rue sans soucier des carrés de manifestants qui la devancent et ceux qu’elle précède. Parce qu’elle est en avance d’un siècle ou un millénaire par rapport à des centaines, voire des milliers, de marcheurs qui ont investi la rue pareillement à elle. Elle a un message à transmettre, elle l’exhibe à celle ou celui qui daignerais s’y intéressé.

Crédit photo Jamila Loukil

Par respect à l’autre, elle ne cherche aucunement à imposer ce qu’elle pense. Parce qu’elle a une haute idée d’elle-même et à juste titre. Elle est citoyenne au sens fort du terme et elle se déploie sur un espace public encore en gestation. Donc, elle a transcendé son ego en avantageant son esprit et sa raison.

Son refus de se fondre dans la foule ne dénote pas d’une attitude dédaigneuse à l’égard des milliers de personnes qui sacrifient le confort de la sieste du vendredi pour clamer leur ferme volonté de changer un système qui a bridé autant l’individu que le groupe. Elle est totalement avec celles et ceux qui l’entourent. Elle partage avec eux leur revendication d’une Algérie où l’individu, donc le citoyen, peut jouir de ce droit inaliénable d’exprimer son point de vue, sans pour autant heurter les sentiments ou les croyances des autres.

Consciente de l’opportunité qu’offre cette Révolution du sourire, qui mérite bien son nom, elle en profite pleinement. Et c’est par le sourire qu’elle réplique aux curieux, notamment les photographes, qui s’intéressent à sa pancarte. Une manière de signifier sa conviction et son assurance. Mais aussi, une invitation au dialogue et à l’échange d’idées. Elle est abordable.

Crédit photo Jamila Loukil

Son message ? En dehors de celui transcrit sur sa banderole, qu’elle a confectionné avec soin et qui coïncide avec les autres que la Révolution du sourire a permis l’éclosion, il faut décrypter celui contenu dans sa démarche. En choisissant de se mouvoir seule sur la chaussée, elle veut signifier à ceux qui l’entourent que l’espace public qui reste à construire doit servir de creuset à la circulation des idées et des idéaux. Et non pas exclusivement un cours pour bolides, acquises avec de l’argent sale, conduites par les enfants de la nomenklatura pour qui la culture se limite au paraître.

Elle veut nous signaler que l’espace public que nous devons construire s’annonce suffisamment large pour laisser place aussi bien à l’individu qu’au collectif. Et non pas un passage monopolisé par les machos et les délinquants. Elle veut nous signifier que s’accepter et accepter l’autre est une des promesses de la Révolution du sourire dont nous vivons les premiers moments.

Elle est en avance par rapport à celles et ceux qui la devancent ou la précédent parce qu’elle ne prête aucun intérêt à leurs querelles de leadership. Elle est au dessus des appartenances, surtout à des chapelles suintant le vieillot et le suranné. La course au pouvoir ne l’inspire pas. Son pouvoir à elle c’est d’être elle-même, entière, convaincue, décidée à afficher ce qu’elle pense et non ce qu’elle cogite et dissimule. Elle est citoyenne et ce n’est pas à la portée du premier venu de l’être.

Par Ziad Salah.

A quand un dialogue direct entre l’ANP et les représentants du Hirak ?

Chroniques

Avec le dernier discours d’Ahmed Gaid Salah  Chef d’Etat Major à partir d’Ouargla, intervention très attendu au fait, un dialogue, même décalé, semble s’installer entre l’ANP et ce qu’on a nommé arbitrairement «Hirak». Aux revendications formulées lors des marches populaires du vendredi, appuyées au courant de la semaine par des manifestations sectorielles, l’ANP, par le biais de son premier responsable, apporte des répliques. Remarquons que lors du discours de ce mardi, AGS s’est exprimé au nom du Haut Commandement de l’ANP, quoiqu’il a usité le «je» et le «nous».

L’instauration de ce dialogue indirecte suppose la reconnaissance de l’autre, en tant que protagoniste faute d’être admis (ou en attendant) en tant que partenaire à part entière. Une requête esquissée dans le slogan scandé par les manifestants «Djeich Chaab khawa khawa».

La formalisation de ce partenariat ferait gagner à la Nation énormément de temps. L’ANP peut engager un dialogue direct avec des personnalités déjà plébiscitées par des dizaines, voire des centaines de milliers de manifestants. Comme elle peut établir un dialogue avec les représentants que chaque corporation pourrait désigner.

Parce que l’ANP, pour des raisons historiques en premier lieu et pour sa part de responsabilité dans la crise qui secoue le pays, se trouve désormais au cœur de la question nationale.

Un tel dialogue permettra de dépasser le souci de respecter les dispositions constitutionnelles, argument auquel s’accroche AGS et l’ANP. Et par la même occasion, une telle entreprise de concertation permettra le dépassement du «dégagisme radical» aux relents nihilistes que scandent les foules.

D’autant que l’ANP, si on s’en tient au dernier discours de son patron «se considère toujours mobilisée aux côtés de tous les dévoués, au service de son peuple et de sa patrie, pour honorer l’engagement qu’elle a pris afin de réaliser les revendications et les aspirations légitimes du peuple, pour construire un État fort, sûr et stable ; un État où chaque citoyen trouve sa place naturelle et ses espoirs mérités.»

Autrement dit, la revendication essentielle des foules qui se sont insurgées contre le mépris de vouloir leur fourguer un impotent pour les diriger pour un autre mandat. Formulée autrement : la Seconde République avec un nouveau contrat social à négocier et à mettre en place.

«Le dégagisme radical» qui semble irriter AGS et l’ANP a malheureusement ce qui le justifie. Attribuer le portefeuille des finances à l’ex-PDG de la BEA et de la Banque Centrale, témoin consentant, au moins, de l’hémorragie du Trésor public, est plus qu’une provocation. Tous les cadres de ces deux banques, notamment ceux écartés pour leur compétence et leur intégrité, peuvent témoigner de l’affairisme du nouvel argentier du pays.

Sa désignation à ce poste, sur ordre des Koulinef dit-on, viserait à détruire les traces des milliers de milliards attribués aux oligarques qui tenaient absolument à un cinquième mandat pour Bouteflika en dépit de la détérioration de son état de santé.

Or, dans son dernier discours, AGS a évoqué cette saignée des deniers publics jamais égalée nulle part ailleurs. On peut dire autant sur d’autre départements ministériels. L’initiation d’un tel dialogue direct entre l’ANP, détentrice de fait du pouvoir, et les représentants du peuple peut ouvrir la voie à une solution politique. AGS ne semble apparemment pas écarter cette possibilité en affirmant « je voudrais réitérer que toutes les perspectives possibles restent ouvertes afin de surpasser les difficultés et trouver une solution à la crise dans les meilleurs délais».

Ce qu’il faut retenir de ce dernier discours D’AGS, c’est presque une incitation à la poursuite de la révolution à qui il faut trouver un nom. «Partant de la solidité des liens de confiance liant le peuple à son Armée, nous avons donné instructions claires et sans équivoques pour la protection des citoyens, notamment lors des marches.» A condition que les marches consacrent toujours son caractère pacifique. Un enjeu que la plupart des manifestants ont saisi dès le départ à tel point d’ériger ce caractère pacifique en «arme de dissuasion».

Lettre ouverte à Ahmed Gaid Salah : “Être à la hauteur des exigences du peuple”

Contributions

Depuis le 22 février, le peuple algérien s’est soulevé comme un seul homme pour exiger le départ d’un régime autoritaire, corrompu et illégitime, et revendiquer sa volonté d’édifier une nouvelle république, fondée sur l’État de droit et la démocratie.

L’exceptionnelle mobilisation des Algérien(ne)s au pays et à l’étranger s’est transformée en un vaste mouvement populaire, irréprochable par son engagement, sa maturité politique et la clarté de ses  revendications. L’Algérie vit sa deuxième grande révolution et nous sommes des millions de citoyen(ne)s résolu(e)s à libérer l’Homme, après que nos ancêtres aient libérés la terre.

L’Armée Nationale Populaire (ANP) se doit d’être à la hauteur de ce moment charnière de notre histoire en se mettant aux diapasons du peuple algérien.

Monsieur Ahmed Gaid Salah,

En tant que chef d’État-Major et porte-parole de l’ANP, nous vous interpellons sur la nécessité et l’urgence d’appuyer d’une manière claire et ouverte les revendications du mouvement populaire.

Après neuf semaines de mobilisation de masse, le peuple a exprimé son refus catégorique de la continuité du régime sous couvert de l’application de l’article 102 de la Constitution.

L’ANP ne peut s’opposer à cette revendication légitime. Elle ne devrait ni soutenir une telle option, ni poser la conformité constitutionnelle comme horizon indépassable. La seule solution qui satisfait les revendications du peuple algérien est politique, et non constitutionnelle.

L’armée ne peut en aucun cas être tuteur du processus de transition, ni imposer sa solution au peuple algérien. Elle a le devoir d’être garante d’un processus de transition libre, mené par des acteurs légitimes aux yeux des millions d’Algériens, qui permet de jeter les bases démocratiques de la nouvelle république.

Une transition politique doit être menée dans les plus brefs délais par des acteurs issus du mouvement populaire, et reconnus pour leur intégrité, leur compétence et leur patriotisme.

Par conséquent, le rôle de l’ANP est d’accompagner le mouvement populaire et les acteurs légitimes, reconnus par le peuple, dans la réalisation de cet objectif.

Monsieur Ahmed Gaid Salah,

En tant que chef d’État-Major et porte-parole de l’Armée nationale populaire (ANP), vous êtes dorénavant face à un choix historique: soit vous accompagnez la décision du peuple en rejetant de manière claire la “non-solution” d’une transition par le régime; soit vous placez l’ANP – notre armée- aux antipodes de la volonté du peuple, et vous risquez de mettre l’intérêt suprême du pays en jeu.

Les violences subies par les manifestants, les arrestations arbitraires et la volonté de museler l’espace public par les corps sécuritaires sont des signes alarmants qui font réfléchir les algériens sur le rôle et la volonté de l’armée, réelle ou non, d’affaiblir le mouvement populaire.

De plus, les rappels d’un danger imminent à nos frontières et l’invocation constante d’une “main étrangère” au sein du mouvement populaire font moins peur aux Algériens qu’ils ne jettent de doute sur la véracité de telles conclusions. Au vu de la situation régionale et sécuritaire à nos frontières, l’armée se doit d’incarner une force rassurante.

À ce moment charnière, l’ANP a besoin que le peuple soit à ses côtés, et le peuple a besoin que l’armée appuie ouvertement son choix souverain et l’accompagne dans l’étape décisive de la transition qui requiert le dialogue, les compromis politiques et le respect de la volonté populaire.

Est-il nécessaire de rappeler que l’armée est une institution tributaire du peuple et à son service? Les rangs de milliers de jounouds, et ceux des millions de citoyens dans la rue défendent, avec la même ardeur, les intérêts du pays. En démocratie, le premier soldat est le citoyen.

L’Algérie vit une révolution citoyenne remplie d’espoir et de rêves, par laquelle les Algérien(ne)s ont subjugué le monde. Soutenir la révolution en cours en appuyant une transition politique réelle est l’acte patriote suprême que l’armée ne peut feindre d’ignorer.

                                                            Le Collectif des Jeunes Engagés

Oran Acte VII : La seconde République, désormais à l’ordre du jour.

Actualités

A la septième marche d’Oran, les manifestants ont pris des plis. Les carrés se sont constitués en fonction des affinités politiques ou simplement d’appartenance à un lieu de résidence. Ce vendredi, des manifestants, apparemment d’obédience islamiste, n’ont pas raté l’occasion pour écorcher les «féministes».

«Elles sont parmi nous. Ne tombons pas dans le piège qu’elles nous tendent. Surtout ne les toucher pas et ne leur répliquer pas» dira un «leader» d’un carré. De l’autre côté de la place du 1ER Novembre, des militants d’un parti de gauche, prenant le départ avant tout le monde, brandissent des pancartes où on peut lire «Non à l’Islam politique» et «Non à l’intégrisme islamiste».

Jusqu’ici, ces deux groupes doivent s’observer sans se frotter. Parce que le slogan scandé depuis le rassemblement du premier noyau des marcheurs le 22 Février dernier est toujours sur les bouches des marcheurs : «Silmya Silmya» (Pacifique, pacifique). Mais une fois la marche prend son envol, au milieu de la rue Larbi Ben M’Hidi, ces deux groupes sont totalement noyés dans la foule des «sans chapelles».

Là où la joie et l’ingéniosité sont de mise. La meilleure illustration de ce débordement des «tendances politiques» cherchant à investir dans ces marches, les pancartes, imprimées et distribués en quantité, portant des slogans qui prêtent à confusion, finissent par «s’éclipser» au profit à d’autres, confectionnés à la va vite, le plus souvent avec un morceau de carton et un marqueur.  

En dehors de ce fait, notons que les femmes, de plus en plus nombreuses, et de tout âge et des différents milieux sociaux, ont fini par conférer à ces entreprises un air vraiment rassurant. Et elles ne se contentent pas du rôle de simples figurantes. Elles partagent les premières places dans certains carrés et scandent des slogans qui coïncident avec leur conviction. Elles recourent aux youyous quand la foule est époumonée  ou à court d’idées pour les slogans.

Ajoutons que pour la première fois, les revendications sociales ont fait leur apparition. «La politique indigente du gouvernement s’est traduite par une catastrophe sur la force de travail» lit-on sur une pancarte. Aussi, la première fois où l’effigie de Tewfiq, l’ex patron du DRS, associée à celle de Saïd Bouteflika a fait son apparition.

D’une manière générale, la septième marche d’Oran laisse transparaître une maturité politique du mouvement. «Pacifique, pacifique. Nos revendications sont légitimes. Notre marche est populaire» un slogan qui traduit cette prise de conscience des milliers de voix qui l’ont scandé. Cependant, la revendication de la Seconde République, formulée certes, mais demeure encore sans contenu concret.

La référence au badissisme et à l’esprit du 1er Novembre gêne énormément certains qui proposent d’autres formes de légitimité, dont la compétence et l’intégrité morale. En attendant, «une période transitoire, dirigée par une personnalité ou un comité de patriotes, sans les anciennes figures a aussi figuré parmi les revendications de vendredi dernier.

Comme à l’accoutumé, la touche d’humour n’a pas manqué à l’appel. «L’étoile de Bouteflika s’est éclipsé pour céder le champ à l’aurore de l’Algérie» lit-on sur une pancarte. Ou encore «Le peuple algérien est candidat au prix Nobel de la Paix».

Signalons que le refus d’un pouvoir militaire a aussi été réclamé par les marcheurs. Quant à Gaid Salah, au moins une pancarte lui a suggéré de se retirer avec dignité, eu égard à son âge notamment.

Mais la pancarte la plus sympathique est celle de cette vieille dame, fière et digne qui a fait tout le parcours du Bd Front de mer. «J’implore Dieu pour que n’ayez pas la même vie que la notre». El hadja, à son insu, était une star de cette marche……   

Par ZIAD Salah.

1 2 3 249
Allez en Haut