Le 16 Mai, journée internationale du Vivre Ensemble: Cheikh Bentounes réussit son pari

dans Actualités/Vie associative

 

C’est officiel. Les Nations-Unies ont adopté la journée du 16 Mai de chaque année comme «Journée Internationale du Vivre Ensemble». Ce qui constitue l’aboutissement d’une bataille menée par Cheikh Bentounès, président de la zaouia Al Alaouiya. L’adoption de la JIVE par les Nations Unies a eu lieu hier, c’est-à-dire le 8 décembre courant. Et c’est Cheikh Bentounès qui a annoncé la nouvelle aux disciples de sa zaouia sur sa page Facebook.

La nouvelle a de quoi réjouir les membres de cette zaouia peinés il y a à peine deux semaines par l’attentat terroriste qui a visé une de leur mosquée dans le Sinai, en Egypte et qui s’est soldé par un carnage : 45O morts. Précisons que c’est au nom de l’Algérie que la proposition a été présentée aux Nations-Unies.

Selon le post du cheikh, déjà 174 états se sont engagés à instituer le 16 Mai comme journée du vivre ensemble. Rappelons que c’est à partir d’Oran, à la clôture d’un Congrès International pour femmes, qui a vu la participation de plus de 2000 congressistes dont la majorité était des femmes que le Cheikh Bentounes a annoncé son projet de lutter pour une journée du Vivre Ensemble.

Dans son message sur sa page Facebook, Cheikh n’a pas caché sa satisfaction. Lui qui a publié un communiqué plein d’amertume et de peine suite à l’attentat survenu dans une ville du Sinaï et où il a qualifié le forfait de coup en plein cœur.

Cependant, le Cheikh avertit les adeptes de sa zaouia de l’immensité de la tâche pour traduire cette victoire dans les faits. Surtout dans un monde enclin à verser dans les extrémismes et toutes les formes de l’exclusion.

Dans les semaines à venir on saura la feuille de route que Cheikh Bentounès tracera pour sa zaouia et l’association internationale AISA (Association Internationale Soufie) pour initier l’éducation du vivre ensemble. En tout cas, la réussite du Cheikh Bentounès est aussi la réussite de l’Algérie, longtemps perçue comme un vivier du fanatisme et de l’intégrisme religieux.

  • Par ZIAD Salah