Category archive

Environnement

Considérée comme une alternative à la crise: L’agriculture urbaine pour les… »nuls »

dans Actualités/Contributions/Environnement

Il y a à peu près dix siècles, le célèbre géographe El-Idrissi, de passage à Oran décrivait les célèbres jardins de Ras el Ain. Quelques siècles plus tard, le non moins célèbre docteur Shaw renouvelait cette description et s’émerveillait alors de leurs richesses. Quelques années plus tard, quoique appartenant à une armée coloniale farouchement destructrice, le Commandant Derrien qui commence son livre par un «j’aime Oran», illustrant parfaitement par-là, la célèbre boutade «qu’on ne né pas oranais mais qu’on le devient», fait l’inventaire de ces jardins et justifie la disparition de certains d’entre eux par le nécessaire développement de la ville.

Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui, ou les derniers jardins ont étés rasés, non pas pour construire la cité mais plutôt pour trépaner sa mémoire pré-coloniale, qui dérange à plus d’un titre.

Leur destruction récente est le fait d’une administration aussi inculte que bête qui pensait et continue de le faire, que l’agriculture rime avec archaïsme et a fini par faire du grenier de Rome… un désert.

Aujourd’hui par la grâce de quelques porte-plumes obséquieux, espérant glaner quelques restes tout en se faisant les portes voix de puissants lobbys et en intoxiquant l’opinion publique par le détournement des écrits de chercheurs émérites, à l’instar du docteur Amara Bekkouche, qui en 1998, publie dans la revue «Insaniyat» du CRASC, un article très recherché intitulé «Aux origine d’Oran, le ravin de Ras el Ain.»

Dans cet article, notre éminente chercheuse établit un inventaire des plans et autres programmes relatifs au ravin. Elle souligne qu’au lendemain de l’Indépendance, «Oran reconsidère la programmation de ses espaces verts. Un plan de la ville du Service de l’Urbanisme, daté le 12 juillet 1964, spécifie les états actuels et projetés des espaces verts. Le ravin de Ras el-Aïn n’y figure pas comme projet. Il se présente sous forme de zone sans désignation entre les groupes de quartiers Eugène-Etienne et les Planteurs à l’Ouest, et le camp militaire dénommé Saint-Philippe à l’Est.»

Cet extrait constitue aujourd’hui, l’argument massue que ces mêmes portes plumes, qui n’ont certainement pas lu une seule phrase de l’écrit en question, mais se plaisent à répéter ce paragraphe vraisemblablement « soufflé » par les lobbys de l’immobilier et leurs alliés de l’administration locale, qui ont fait main basse sur le patrimoine foncier de la ville.

A quel projet fait référence notre chercheuse dans cette phrase ? Bien entendu, nos gribouilleurs, connus sur la place publique pour leur tendance maladive au plagiat n’ont même pas pris la peine de s’interroger sur cela ?

Le professeur Bekkouche fait en réalité référence au premier Plan Directeur du Groupement d’Urbanisme dressé par J. Durin en 1960, à la veille de l’indépendance et qui récupère le ravin à des fins ludiques en le concevant comme un futur espace vert.

Voilà donc ce que nos pseudo-journalistes ne diront pas, tout comme ils ne diront rien de la conclusion de la chercheuse, dont nous prenons un plaisir certain à citer un petit extrait «… Il s’offre aujourd’hui comme un héritage à valoriser et un fonds d’idées à exploiter dans la perspective d’une composition urbaine qui puisse lui donner la mesure de sa particularité. Situer l’image du ravin de Ras el-Aïn au niveau d’un espace majeur, c’est lui restituer l’importance de son échelle multidimensionnelle.»

Les jardins de Ras el Ain ne sont pas une «nostalgie passéiste», mais une réalité concrète depuis 902 jusqu’ à ce jour ou, du moins, tant qu’existera encore un jardinier à l’instar de Aâmmi Ali dernier concessionnaire agricole du ravin, qui continue vaille que vaille, envers et contre tous, à perpétuer courageusement une tradition millénaire sur un bout de jardin.

L’agriculture urbaine à New York

Aujourd’hui, à l’heure du développement durable et du changement climatique, qui n’est pas une vue de l’esprit puisqu’en l’espace d’une vie oranaise (80 ans) environ, nous sommes passé d’un climat tempéré semi- aride à un climat aride et sec avec une perte de pluviométrie de quelques 183 mm et une augmentation de la température qui atteint presque 0,2°, en moins d’un siècle ainsi qu’un indice d’aridité qui passe de 11 à 18. Cette réalité climatique rend encore plus urgent l’émergence d’une conscience écologique citoyenne.

Bien entendu nos pédants et pseudos-journalistes, aveuglés par leur goût de la perversion pour ne pas dire de la prostitution s’offre toute honte bue aux lobbys prédateurs et s’offusquent de l’émergence de cette conscience citoyenne qu’ils tentent, à travers une phraséologie choisie, de ridiculiser.

La végétalisation et plus encore le retour de l’agriculture urbaine n’est pas la fierté de quelques bourgades de province qui ont des prétentions de métropole à l’instar de la pauvre Oran. Elle est, aujourd’hui, la fierté de mégapoles modernes à l’instar de New-York ou la municipalité a racheté et a mis à la disposition de ces concitoyens quelques 700 ha de terre à jardiner.

A l’instar de Pékin, futur capitale de l’empire terrien ou 60%, soit environ 15 millions de personnes se nourrissent à partir des potagers urbains.

A l’instar d’Amman, cité de la millénaire de la Jordanie, ou le sacre de la terre n’est pas un mot creux et ou les pouvoirs publics ont fait en sorte que la terre soit bancarisée Quelques 100 ha de jardins urbains greffésà l’utilisation des eaux grises permettent à la population d’Amman de réduire au moins symboliquement sa dépendance alimentaire et surtout d’être fières de la «richesse» de leur contrée et accessoirement de leurs idées et qui ne doivent rien à la rente pétrolière.

La Havane.

L’expérience cubaine est encore plus probante et certainement à méditer par nos pseudos journalistes.

La République de Cuba fut confrontée à une crise majeure lorsque le bloc soviétique s’effondra dans les années 1990-91. Du jour au lendemain, la ration cubaine passe de 3000 calories par jour à 1900.

Pour parvenir à surmonter la faim et la malnutrition, et ce sans fertilisants, herbicides, insecticides et…. sans pétrole, le gouvernement délaissa le modèle agro-industriel et entreprend une révolution véritablement «verte» à travers la mise en place d’une agriculture urbaine, entièrement biologique dès 1997. Cuba ne connaîtra ni la faim, ni de «révolution printanière» n’en déplaise à l’Oncle Sam.

En 2009, la production totale de légumes de La Havane a atteint 286 000 tonnes, alors qu’elle était de 20 000 tonnes par an en 1997. Pour la seule période allant de janvier et novembre 2010, l’agriculture urbaine cubaine produira 1,2 millions de tonnes de nourriture, soit une ration quotidienne de 300 gr environ de produit frais et biologique par habitant.

En Russie, l’agriculture urbaine concerne 65 à 80 % des urbains et la pratique de cette agriculture est située dans le «domaine de la stratégie de survie.» Que dire des modèles urbains, si cher à nos pseudo- journalistes plus adeptes des «moussalsalates» des discussions de bistros et des grandes surfaces lorsqu’ils voyagent, que d’un véritable travail de documentation encore moins d’investigation.

À Istanbul, en Turquie, une production maraîchère, installée sur des terrains publics, le long de la muraille byzantine de Constantinople, perpétue à ce jour une tradition millénaire d’approvisionnement de la ville en légumes frais.

A Valence, en Espagne, la dernière crise financière a permis de générer 80 ha de jardins urbains exploités collectivement par la population. Nos pseudo- journalistes se contentent d’être les chiens de garde d’un ordre oligarchique établi tout en ignorant volontairement et totalement ce que les peuples et les sociétés citoyennes entreprennent ailleurs, pour réduire leur dépendance à la rente afin d’à assurer leur sécurité alimentaire et garder la tête haute sans être obliger de quémander un bout de pain fut-il à leurs gouvernants.

Enfin, pour conclure, nous reprendrons ce que le docteur Bekkouche soulignait dans son article, il y a 19 ans déjà. « … A ce titre les intentions préliminaires à l’étude du Plan Directeur d’Aménagement Urbain (PDAU) d’Oran lancé en 1994, (passé sous silence par nos pseudo journalistes), annonçaient en substance que «Les règlements d’urbanisme seront conformes à l’esprit de la loi 90/29 du 1/12/90… ». Parmi les orientations données, il s’agit de considérer et développer les aspects culturels dans la démarche conceptuelle d’aménagement. L’effort annoncé d’inscrire «l’aspect historique… à partir d’une recherche documentaire et traces archéologiques ainsi que certains témoignages oraux » dans l’étude, signifiait l’idée de concrétiser ces aspects pour transgresser le niveau technique des études d’urbanisme. Mais il s’avère en définitive et notamment au niveau des débats publics, que le côté culturel n’a jamais été véritablement abordé.

A qui la faute lorsque de pseudo-journalistes, donneurs de leçon transgresses les règles élémentaire de déontologie avec la complicité des politico-technocrates locaux, voir nationaux.

  • Par Samir Slama.

 

Après les faux parkings et les mosquées, place aux arbres de….camouflage

dans Actualités/Environnement

Aux dernières nouvelles, les pouvoirs publics locaux ont fini par rendre à l’arbre en général et à l’arbre d’alignement en particulier son rôle d’outil d’aménagement. Certes cela est limité uniquement à la seule  fonction esthétisante de l’arbre. Ce qui n’est pas rien, mais c’est un peu trop court pour parler d’une véritable stratégie environnementale à l’échelle de la ville.

Ainsi donc les entrées de la ville d’Oran seront plantées d’arbres.  C’est du moins la décision qui aurait étés prise, certainement dans l’urgence, par les responsables de l’administration locale. L’idée n’est pas nouvelle, ni même originale, elle aurait dû être mise en place il y a quelques années déjà par nos élus locaux qui, en général, préfèrent attendre les ordres qui viennent d’en haut, se contentant de suivre la mode du moment et d’applaudir «les idées lumineuses» de leur tutelle.

Ainsi donc après l’engazonnement des terres pleins d’autoroute, voila venu le temps de l’arbre urbain. Ce qui n’est pas pour déplaire aux citoyens. Bien représenté par ailleurs dans les salons des pouvoirs publics par une société civile qui  n’est pas en reste, et a applaudie, s’est fait prendre en photos et même « facebooké » bien trop souvent pour être clean.

Comme par exemple lorsque les services locaux des forêts se proposaient de dépouiller nos forêts de leurs litières au profit d’une ONG en mal de fabrication de compost…. urbain. Nos associations, trop bien encadrées, ont alors unanimement renvoyées aux calandres grecques le projet de réflexion sur le statut de l’arbre urbain. Ils ne manqueront donc certainement pas encore une fois de joindre leurs applaudissements « citoyens » à ceux de leurs élus.

Le futur programme de plantation est réservé dit-on aux entrées de la métropole oranaise. Il y a lieu de s’interroger sur ce programme qui concerne les grandes pénétrantes routières de la ville. Mais avant d’aborder cet axe dans le détail, abordons donc l’axe aérien.

Avant d’atterrir à l’aéroport d’Es-Senia, premier portail d’Oran, le visiteur doit nécessairement et à base altitude survoler l’immense Chteibo. Mais ici il n’est pas question d’arbre et de……… camouflage.

Cela est d’autant plus vrai que le terrain sur lequel est bâtie cette excroissance urbaine n’est pas vraiment idéal pour l’arbre en général.

Revenons donc à nos axes routiers. Pourquoi donc planter des arbres aux entrées de villes lorsque les paysages sont privatisés ? Les nouveaux riches qui ont remplacé les «faux fellahs» du gouvernement Hamrouche et de l’ex D S A Benhadidi, n’ont pas trouvé mieux que de séquestrer le paysage derrière d’hideux murs le long de leurs parcelles et, par voie de conséquence, sur les principaux axes autour de la ville.

Privatisant par là de longs tronçons de paysages ruraux et même naturels. C’est la première action que les pouvoirs publics devraient entreprendre. C’est à dire qu’au lieu de planter des arbres pour camoufler les murs des autres, ils devraient exiger de ces «gentlemans- farmers» des haies végétalisés. Ce qui serait certainement un mieux pour l’écologie, pour l’esthétique de nos entrées de ville, et même pour l’image d’un pouvoir qui abandonné jusqu’à l’image du pays au puissants lobbys de l’argent.

L’arborisation de nos entrées de ville n’a pas fait l’objet d’une réflexion d’aménagement et encore paysagère. Faut-il planté en mail ou en rond d’oignons ? Faut-il planter des baliveaux ou des cépées ? Faut-il planter en trancher ou au trou ? Faut-il planter des palmiers, des résineux ou des feuillus ?  De tout cela nous n’en savons strictement rien.

Il est vrai qu’il s’agit là de détails avec lesquels il ne faut surtout pas embarrasser les responsables publics de notre cadre de vie. D’ailleurs, ils ne seront probablement pas là pour apprécier les résultats ou les conséquences de leur politique environnementale. Par contre nous serons encore là et quel que soit le résultat nous devrons le subir. Nous subirons ces plantations et qu’importe si demain, parce que les distances de sécurité n’auront pas étés respectées, une famille oranaise soit endeuillée parce que son fils s’est pris un arbre.

Mais qu’importe donc la citoyenneté dans la gestion de carrière.  De tout cela nous n’en savons rien, mais nous savons d’ores et déjà que le projet a été confiée à une entreprise de réalisation d’espace vert qui pour l’instant n’a brillé que par ses échecs répétés au point de nous faire croire qu’une esplanade engazonnée est un jardin méditerranéen.

« Oran-vert », la bien nommée avec ces 11 ha de pépinière ne produit pas suffisamment pour subvenir à ses propres besoins et se rabat sur le marché local et même national.  Chauffant outrageusement les prix et mettant à mal les petits artisans jardiniers qui pour la plupart travaillent au noir.

Enfin il y a lieu de dire aussi que l’arbre urbain en général et l’arbre d’alignement en particulier n’ont pour vocation que de camoufler.

Le camouflage est une invention des militaires pour cacher ce qui ne doit pas être vu par l’ennemi.

Faut-il vraiment cacher nos entrées de ville au lieu d’entreprendre une réflexion paysagère pour assumer leur intégration paysagère ?

La question ne se pose même plus tant nous sommes enfermés dans une logique urgentiste, pour ne pas dire populiste, de la gestion de nos villes qui fait que l’on rase des forêts pour créer de faux parkings et que l’on érige des mosquées sur des sites naturels au prétexte qu’il faut briller.

Par S. SLAMA

 

 

 

 

 

 

Rencontre régionale sur le partenariat pour l’environnement: Perception des uns et interprétation des autres

dans Actualités/Environnement
  • Par H. I. M.

Le ministre des Ressources en Eau et de l’Environnement (REE), Abdelkader Ouali, qui découvre son département après six mois de son installation, semble dans la phase des questionnements lui permettant de comprendre et de relancer le secteur.

environnement

Un partenariat non identifié

Au-delà des motivations généralisées aux divers ministères du gouvernement Sellal, qui adoptent une même stratégie mais différentes démarches, celui des REE lorgne vers les associations en leur proposant un partenariat pouvoirs publics-société civile.

C’est un partenariat non encore identifié tant que les associations, dans leur majorité, demeurent diamétralement opposées aux pouvoirs publics, quant aux concepts et perceptions. La rencontre régionale de Tlemcen (1), qui s’est déroulée les 16 et 17 janvier 2017, la deuxième du genre après celle de Sétif en décembre dernier, a certes permis aux cadres du ministère des R.E.E de rencontrer des acteurs sociaux, mais a surtout rappelé aux uns et aux autres que les questions environnementales nécessitent de la volonté et de la concertation.

Abdelkader Ouali a beaucoup prêché dans un discours moralisateur, improvisé pour lancer les débats lors de la rencontre à laquelle ont assisté les représentants d’une cinquantaine d’associations, des cadres du ministère de REE, dont les directeurs de wilaya, des universitaires et quelques élus locaux. Notons que le discours officiel n’a pas vraiment changé depuis l’ère Rahmani.

En effet, l’actuel ministre en charge du secteur (2)  a tenté d’interpeller les consciences, de titiller les fibres religieux et patriotique, de rappeler les valeurs relatives au travail et à la citoyenneté et de rassurer les présents quant à la disponibilité de son département au dialogue. Il a même utilisé la double contrainte «des directeurs de wilaya passif et des cadres malmenés lors des différentes sorties sur terrain

Des concepts universel à la réalité nationale

Abdelkader Ouali a avoué qu’il «ignore beaucoup de concepts universels» comme l’agenda 21 et la déclaration de Rio, tout en déclarant son attachement à «la réalité nationale», qui demeure peu reluisante, de l’avis de tout le monde. Dans sa démarche, l’actuel ministre procède par un ensemble de questionnements, lui permettant de découvrir le secteur des REE.

Dans son discours, le ministre s’est interrogé sur le rôle des différents organismes (3) qui constituent le secteur et sur les douze (12) lois promulguées et qui demeurent ignorées et inefficaces sur le terrain. Tout en rappelant les articles 19 et 68 de la constitution qui mettent les REE au centre des préoccupations des pouvoirs publics, Abdelkader Ouali se dit favorable à la création d’un observatoire national, qui aura la charge de collecter les données à partir des onze (11) autres observatoires régionaux, l’objectif étant l’élaboration d’une cartographie nationale de l’environnement. Le ministère ambitionne de marquer, par son empreinte, un secteur qui éprouve des difficultés énormes pour suivre le rythme imposé par les mutations au niveau international et imposé par des lobbys industriels et écologiques.

Le secteur de l’environnement : un géant aux pieds d’argile

Il faut rappeler que le secteur de l’environnement est passé par plusieurs étapes dont l’indicateur de base n’est autre que le nerf de la guerre : beaucoup d’argent y a été dépensé. C’est la période de la fin des années 1990 et le début des années 2000 qui a été la plus riche, matériellement, caractérisée par la main mise et forte d’un certain Chérif Rahmani, alliant à la fois et d’une manière trop contradictoire, une vision radieuse et une réalité malheureuse.

Durant cette période, beaucoup de choses ont été dites et pensées alors que peu de concret a été constaté. De l’avis de beaucoup de gens, le secteur de l’environnement est l’exemple d’un géant aux pieds d’argile.

L’année 2001 a constitué le grand tournant très mal négocié, de l’avis des observateurs. Le début était les allemands de la GTZ (devenue quelques années plus tard, GIZ, après la fusion de GTZ avec d’autres organismes comme Inwent et IFA, sous l’égide du ministère allemand des relations internationales).

Ce tournant a permis au secteur de l’environnement de former ses cadres dans plusieurs domaines et thèmes comme la gestion des déchets et la régulation des conflits environnementaux. Il est important de rappeler que ce partenariat avec GTZ a été motivé par l’échec cuisant du fameux projet mort-né du lancement de la charte citoyenne pour l’environnement.

L’échec a été surtout la conséquence du boycott et non adhésion des collectivités locales au dialogue (4) APC-citoyens. A Oran, on avait procéder par la création d’un conseil consultatif communal présidé l’universitaire Mahi Tabet Aouel, alors qu’à Gdyel la première réunion, à laquelle ont assisté les représentants de la société civile et de la direction de l’environnement, a été boycotté par le maire lui-même. Le conseil consultatif, installé par Noureddine Djellouli, maire d’Oran à l’époque, n’a tourné que pendant un trimestre, n’ayant même pas procédé à l’élaboration de son règlement intérieur.

La présence en force de la GTZ en Algérie, a coïncidé avec le lancement presque parallèlement, des fameux projets de l’Unité de Gestion des Programmes (UGP), par la Commission Européenne.

Plusieurs associations, surtout de l’ouest du pays, avaient bénéficié de la formule (20/80)%, arrêtée pour le cofinancement des projets. Ce mode de gestion des projets a fait couler beaucoup d’encre et beaucoup de critiques ont été émises. Soulignons que dès 2009, les programmes de la GIZ et de l’Union européenne, se sont installés en Algérie, en y initiant de nouveau concepts renforcés par des expertises.

Des associations algériennes continuent toujours à bénéficier des mêmes aides, financières et techniques, pour mener des projets d’impacts plus ou moins larges sur la société et le quotidien des citoyens, tout cela à partir des canevas élaborés pour la circonstance.

Ce n’est que vers 2015, que le secteur de l’environnement, en copiant le modèle de la GIZ et de l’Union européenne et à travers ses différents organismes, a commencé à initier certains petits projets locaux en partenariat avec des associations.

Différentes expériences, différentes perceptions

La rencontre de Tlemcen s’est déroulée sous forme d’ateliers brainstorming. Cinq ateliers ont été créés pour la circonstance avec une modération qui, pédagogiquement, laisse à désirer tant que les interventions ont été dirigées et conditionnées, par les cadres du ministère des REE. Trois remarques s’imposent dans ce cadre :

Selon leurs expériences respectives, certains représentants d’associations ont activement participé à donner des idées ou à l’enrichissement du débat, alors que d’autres sont restés passifs préférant observer sans intervenir.

Au total, une cinquantaine d’idées (5) ont été recueillies dans les différents ateliers. Ce sont les cadres du ministère des REE en collaboration avec un pouls de personnes ressources, auront la charge, après la tenue prochaine de la rencontre de Blida, pour les associations des wilayas du centre du pays, d’élaborer un plan d’actions.

La modération dans les ateliers s’est basée sur les résultats de la première rencontre de Sétif qui a réuni les associations de l’est du pays, ce qui a constitué un conditionné les débats. En outre, la nécessité de définir les deux mots clés de la rencontre, à savoir PARTENARIAT et CITOYENNETÉ, aurait pu donner des résultats plus intéressants, puisque beaucoup de participants en ignoraient le sens et la faisabilité.

En commentant les différents rapports, lus par les rapporteurs des ateliers, Abdelkader Ouali, est resté fidèle à sa vision des choses : des décisions ont été prises et des réflexions lancées. Les directeurs de wilaya doivent être plus actifs et plus forts en assurant le rôle de véritables conseillers des walis, les maisons de l’environnement seront ouvertes aux citoyens, les conseils consultatifs sont à bannir et bénéficier des l’expertise de certaines associations, ont été  les points forts à retenir de la rencontre de Tlemcen.

En quittant les hauteurs de Lalla Setti (6), les participants à la rencontre se sont posé des questions, dont deux revenaient sur toutes les lèvres : à l’approche des élections, le partenariat, est-il conjoncturel ? Pourquoi n’a-t-on pas capitalisé les anciennes expériences ?

Pour la paix sociale, beaucoup de questions trouveront leurs réponses dans les semaines à venir.

 

1 : rencontre sur le partenariat pour l’environnement, dont le titre est «ensemble vers une citoyenneté pour l’environnement».

2 : il s’agit de l’environnement, qui a été toujours fusionné avec d’autres secteurs, dont l’aménagement du territoire, le tourisme et depuis six mois, les ressources en eau.

3 : sept (07) organismes et entreprises ont été créés depuis plusieurs années et qui demeurent en stand by, pour différentes raisons. Il s’agit, entre autres, des agences nationales des déchets, du littoral et des changements climatiques, du conservatoire de formation et du centre de développement des ressources biologiques.  

4 : le dialogue a été lancé à travers tout le territoire national, mais seule la commune de Sidi Bel-Abbès a pu constituer le document de base, qui n’est autre que la charte citoyenne.

5 : les rapporteurs dans les cinq (5) ateliers ont préféré parler de recommandations, dont certaines d’entre elles, ont constitué des redondances et des répétitions. 

6 : c’est la zone protégée qui a abrité les ateliers.

 

 

Journée d’information sur la concession des forêts : La démocratie participative en «non» action

dans Actualités/Environnement
  • Par Ali HASSANI

Pensé dans les coulisses de la fameuse préfecture et prenant forme d’une manière surprenante, le projet relatif à la concession des forêts récréatives de la wilaya d’Oran, au grand dam de la société civile, mal représentée par ses associations, a eu, enfin, sa journée d’information.

foret1

Sans la moindre résistance, la société civile exclue

Samedi 17 décembre, à la MUNATEC de Canastel, les conviés à la rencontre d’information, décidée pour célébrer la journée internationale de la montagne et organisée par la conservation des forêts, ont surtout assisté à des interventions à propos du cadre juridique des futurs espaces verts à privatiser, des projets du secteur du tourisme et de la contribution des universitaires. On leur a surtout rappelé, pour la énième fois, qu’Oran se prépare pour accueillir les jeux méditerranéens en 2021.

La privatisation des espaces verts, ou la concession des forêts récréatives au profit d’investisseurs, encore inconnus, même si des noms circulent déjà, a été décidée dans la cadre de l’application de la circulaire interministérielle N° 156 du 10 février 2015.

Seize (16) surfaces sont concernées par cette vision, à travers plusieurs communes de la wilaya d’Oran. Les pouvoirs publics, justifient cette décision de passer à la concession des forêts dites récréatives, par le fait que ces dernières sont abandonnées et mal gérées par les communes, en manque de moyens et d’imagination surtout.

Au semblant de résistance manifestée par certaines associations et élus locaux, tout semble entré dans l’ordre et le projet consomme du temps et se dirige de plus en plus, vers l’élaboration finale, comme une lettre à la poste.

A ce propos, nous avons constaté que, mise à part la collectivité de Gdyel, l’étude d’orientation n’a pas été faite à travers le reste des communes. Ce point a été soulevé par les représentants de la conservation des forêts qui a eu illico, une réponse de la part de certains représentants d’associations qui déplorent «leur exclusion pure et simple» de l’élaboration dudit projet, du moins dans sa phase de choix des espaces et forêts à concéder aux investisseurs. Cette lacune a fait dire au représentant de la conservation des forêts que «les associations seront conviées à donner leurs avis lors de l’élaboration du cahier des charges.

foret3

Des carences et des contradictions

Pour l’instant, la concession des forêts récréatives touchera seize (16) espaces définis comme tels, englobant une superficie totale atteignant plus de 230 hectares et allant de cinq (5) hectares pour la plus petite surface à trente (30) hectares pour la plus grande.

Le choix a été effectué sur la base de certains critères, facilitant la concession, dont principalement l’importance du site, son accessibilité, le taux des visiteurs et sa proximité des zones urbaines. Le cahier des charges devant porter sur les critères d’exploitation des espaces verts en question, est en cours d’élaboration et devra prendre fin dans les semaines à venir.

La rencontre de samedi a révélé au grand jour certaines carences, contradictions et aberrations qui dénotent de l’ampleur du retard à rattraper pour une société civile en perte de repères et de celle de la catastrophe pensée par les pouvoirs publics et à laquelle Oran doit faire face, dans les années à venir.

A ce sujet, nous avons noté avec grande inquiétude et désolation, le conditionnement du débat, passant à côté de l’essentiel, de la part des représentants des associations, admettant la concession des forêts comme une fatalité irréversible.

Quant à l’université, elle demeure loin de la réalité sociale, même si on tente de nous expliquer que beaucoup de recherches sont faites pour réduire l’écart.

En outre, la présence des représentants de la direction du tourisme et de l’environnement a révélé un malaise dans le traitement des dossiers même si on prône la concertation dans les décisions et la coordination dans les réflexions.

De tout cela, la journée d’information nous a démontré, plus que jamais, que la démocratie participative est un slogan vidé de son sens, creusant davantage le fossé qui sépare l’administration de ses administrés.

Constitué d’une manière administrative et informelle, le réseau vert tente de jouer le rôle d’une passerelle entre les pouvoirs publics, qui ne manquent d’idées lorsqu’il s’agit de privatisation et la société civile, à la recherche d’un équilibre, encore instable, entre ses intérêts et ses besoins.

Devenue une boite postale légale, en particulier pour le cas d’Oran, la direction du tourisme avalise, pour leur concrétisations, tous les désirs et les fantasmes de certaines personnes, riches et autres, qui gravitent autour des pouvoirs publics au niveau local et national.

Nous nous limitons à la gestion des zones humides, comme il a été soulevé lors de la journée d’information du samedi 17 décembre. Mais QUI fait QUOI? Pour l’instant, la conservation des forêts recense, la direction du tourisme projette et la direction de l’environnement constate. Tout se fait dans l’anarchie la plus totale et sans la moindre coordination, ne serait-ce que dans le volet relatif à l’information.

foret2

Les 16 forêts récréatives objet de concession

Sidi Ghalem : 16 hectares

Ain Franine : 05 hectares

Bir El Djir : 15 hectares

Montagne des Lions : 10 hectares

Hassi Ben Okba : 17 hectares

El Kerma (1 et 2) : 2x 16 hectares

Es Sénia : 10 hectares

Ras El Ain (route des carrières) : 18 hectares

Mouley Abdelkader (1 et 2) : 30 + 05 hectares

Medabra : 15 hectares

Madegh (rivage et Sidi Cheikh) : 11 + 19 hectares

M’sila : 10 hectares

Aïn Khadija : 20 hectares

 

1 2 3 15
freenulled
Allez en Haut