Accueil / Chroniques / “Kada” et Si Abdelkader

“Kada” et Si Abdelkader

  • Par ZIAD Salah

“Chez Kada” est devenu un passage obligé de tous les responsables en visite à Oran. On dirait qu’il est impossible aux hôtes d’Oran de résister au rituel que propose la maison de “Kada”: un trophée et un maillot portant le nom de la maison et, le plus important, la photo souvenir pour la postérité. Chez “Kada” est devenu un lieu familier pour les responsables locaux. Tout le monde s’y bouscule. Parce que le concerné a un carnet d’adresse bien garni, à commencer par le numéro du «Kho moul stah» (frère du propriétaire de la terrasse).

Kada avec le ministre de la santé

Donc, sait-on jamais ! Il peut intercéder pour un tel ou un tel, puisque les promotions et l’accès aux postes de responsabilité se passent ainsi. Mais “Kada“, sympathique et très avenant, il faut le souligner, n’a rien inventé en fait. Il ne fait que marcher sur les traces de “Tliba“, vice président de l’APN, de Djemaï, président du groupe parlementaire du FLN et ne cachant plus ses ambitions pour décrocher un portefeuille ministériel.

Kada” est un être humain comme vous et moi et il a des ambitions dont la légitimité certes peut être discutée. Sinon, il est utile et efficace quand l’appel de la “patrie” le sollicite.

Souvenez-vous aux lendemains des événements qui ont secoué le monde arabe. Il s’était distingué par son engagement contre ceux qui avaient “osé” réclamer le changement. On dit même qu’il n’a pas encore digéré la levée de l’état de siège qui était de mise plus de vingt ans.

Mais peut-on reprocher à Kada d’avoir déclassé Alloula ?

Aux yeux des responsables, il faut bien le souligner. Parce que Si Abdelkader demeurera un éternel repère pour son pays. Difficile de trancher la question puisque les deux hommes ne sont pas de la même génération et leurs mondes respectifs ne se sont jamais croisés. Donc aucune espèce de concurrence n’entre eux.

Sans se perdre dans les conjectures, disons que nous allons nous souvenir et pour longtemps qu’aucun responsable n’a honoré de sa présence «les 2èmes Rencontres d’Abdelkader Alloula» organisées par la Fondation portant son nom. Sauf le Consul Général de France et Mme la Directrice de l’Institut Français. Et à c’est tout à leur honneur.

Quand à ceux qui s’échinent en traînant leur graisse dans les cortèges lors des visites des ministres et des responsables étrangers, des fois en se donnant en spectacle à cause d’une voiture officielle, nous leur disons merci pour la reconnaissance.

Votre «désintérêt» pour celui qui a été nommé et de bon droit «Lion d’Oran » est le meilleur témoin que son monde ne vous sera jamais accessible.

Et son monde est celui des millions d’algériens, «El Adjwad», qui se réveillent chaque matin pour assurer la pérennité de ce pays. Un monde plus digne et plus noble que celui des ………piques assiettes.

 

Un commentaire

  1. pour l’histoire

     

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*