Conflit AOA de Mers-el-Hadjadj et le japonais MHI : Un demi milliards $ de pertes et un compromis

dans Actualités/Economie
Il a fallu huit long mois pour que le compromis se dessine enfin. Le week end passé, un communiqué publié sur le site de la Sonatrach, annonce un accord à l’amiable, entre la société Aldjazaria el Omania Lilasmida (AOA) et Mistsibushi heavy industries et Daewoo engeneering contructions, sur un différend financier d’un montant de 800 millions Dollars.
Le communiqué est resté avare en détails sur le sens à donner à «accord amiable» parce que depuis la fermeture de l’usine en février passé, les pertes s’élèvent à presque un demi milliard, en comptabilisant un manque à gagner de deux millions de dollars/jour pendant huit mois.
Le compromis met fin à la procédure de l’arbitrage international engagé par le consortium nippo-coréen après le refus de la direction d’AOA de régler 800 millions de dollars de factures du contrat de commissioning (réalisation et mise en marche) signé en 2008.
Le gestionnaire de l’usine Suhail Bahwan détenteur de 49% des actions, a motivé son refus par plus de 400 réserves sur la concrétisation du contrat. Cette attitude poussa le japonais MHI et Daewoo EC à arrêter total de l’usine en février, tout en décidant de recourir à l’arbitrage international pour faire valoir ses droits.
Entre temps, la Sonatrach fortement lésé par les pertes de l’usine dont 80 % des revenus lui reviennent de droit selon le contrat de partage, dépêcha plusieurs commissions d’experts pour s’enquérir de la situation. La dernière en date conclura de revoir les réserves émises de 400 à 18 réserves, et un semblant de compromis a commencé à se profiler à l’horizon.
Un compromis qui sonne comme un désaveu à la gestion de Suhail Bahwan responsable du pourrissement de la situation et de la perte d’un demi milliards de dollars, en plus des 800 millions de dollars revendiqué par les japonais, dont 300 millions de dollars ont été viré à la veille de l’accord.
Cet accord à l’amiable révèle les craintes de l’entreprise AOA quant aux retombées financières de la perte du contentieux dans l’arbitrage international.

Par B.D.J.