Inauguration de la nouvelle salle de Liberty Hôtel: Rachid Talbi dévoile sa virtuosité

dans Actualités/Arts & Culture

Rachid Talbi, qui a inauguré le cycle des expositions à la nouvelle salle de l’hôtel Liberty,  « dévoilé » une de ses grandes toiles. Il s’agit d’une œuvre de 2m sur 1m 30 illustrant une scène de fantasia. Les connaisseurs et les amoureux de la peinture, présents lors de cette cérémonie d’inauguration de cette salle se sont longuement attardés devant cette œuvre jugée magistrale par tous.

En effet, en dehors du sujet, le cheval en l’occurrence, les nuances des couleurs et la luminosité se dégageant de ce tableau ne laissent pas indifférent. Les quelques étrangers présents n’ont pas caché leur émerveillement. L’exposition, traçant un bout de la trajectoire artistique de Rachid, a consisté en treize toiles de différentes dimensions.

Pourtant, elle donne une idée sur les thèmes de prédilection de cet artiste et surtout sur l’étendue de sa maîtrise. Se réclamant du style figuratif, il nie pas son attrait pour les orientalistes. Parmi les toiles qui ont aussi retenu l’attention des visiteurs celle de la mariée.

Mais comme Rachid est oranais et donc forcément méditerranéen, lui qui a coulé son enfance à La Scaléra, la mer est trop présente dans sa peinture. Exactement de la même manière que les ruelles de Sidi El Haouari, qui renvoient à un Oran mythique où la joie de vivre imprégnait les murs et les ruelles.

Presque improvisée, l’exposition de jeudi en fin de journée n’a duré que quelques jours. Le temps que Rachid renoue avec son public à Oran, lui qui a une carrière de dix-sept ans à Alger avec une galeriste de grande renommée qui l’a fait connaître au niveau des ambassades occidentales et des grandes entreprises nationales.

Rappelons que la wilaya d’Oran, au temps de Zaalane, l’actuel ministre du Transport, l’a sollicité pour une œuvre qui a été offerte à Arnold Schwarzenegger, président du R20 lors de son dernier passage à Oran.

  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
Rachid Talbi, à droite de la photo, en compagnie du propriétaire de Liberty Hôtel Mohamed Affane. Deux dignes enfants du mythique quartier de Sidi El-Houari.

S’agissant de la salle, inaugurée jeudi dernier, elle est polyvalente selon les dires du propriétaire gérant de l’hôtel. Elle peut abriter des fêtes de mariages et de fiançailles comme elle peut abriter des manifestations scientifiques et culturelles. Elle est parfaitement équipée pour les colloques et séminaires de haut niveau.

Comme elle peut facilement recevoir des expositions de peinture ou de livres. En somme, un plus pour la ville d’Oran qui a déjà quelques rendez vous de dimensions internationales sur son agenda.

  • Par ZIAD Salah