Des travailleurs chinois réclament des salaires de huit mois à un promoteur immobilier.

dans Actualités

 

Hier, une cinquantaine de travailleurs chinois ont passé la nuit devant le siège de l’entreprise Real 2000, se trouvant dans le quartier résidentiel Emir Abdelkader, prolongement de Saint Hubert. Ils se sont déplacés d’Alger pour venir faire entendre leur voix et réclamer leurs salaires impayés depuis huit mois.

Comme moyens de protection, ils avaient un plastic et des bouteilles d’eau. Un des leurs nous explique qu’ils sont en tout quatre vingt cinq (85) dans la même situation. Ils ont été embauchés par ce promoteur sur un chantier à Alger mais ils n’ont jamais touché de salaire.

Et ceci dure depuis six mois. Au moment ou la cinquantaine tenait son sit-in à Oran devant le siège social de l’entreprise, d’autres organisaient un piquet de grève sur le site devant recevoir la promotion à Alger.

La situation de ces travailleurs chinois qui se sentent démunis et ne possédant aucun moyen de défense, à cause de la difficulté de communication, a suscité le soutien de leur concitoyens intervenant dans le domaine du bâtiment. C’est pour dire que cette affaire a toutes les chances de prendre une tournure ou les autorités consulaires seront sollicitées pour réclamer l’intervention des autorités algériennes.

En attendant le dénouement de cette affaire, les riverains du siège de l’entreprise en question ne semblent pas trop importunés par la présence de ces personnes. Mais les choses ne pourront pas perdurer.

  • Par Z/S